Il y a actuellement un petit buzz sur les réseaux sociaux concernant une expérience réalisée dans une classe. L’expérience vise à montrer un concept de psychologie sociale : l’impuissance apprise. L’expérience, présentée ici, montre qu’en très peu de temps, il est possible d’inhiber les comportements d’individus, car se trouvent en situation d’échec.

 

Analyse comportementale de la situation :

  • Les élèves du groupe en échec sont mis dans une situation sans renforcement possible, mais ils ne le savent pas. Le comportement est donc placé sous extinction, c’est-à-dire que le comportement (de chercher une solution) n’est pas renforcé par la conséquence (trouver une réponse correcte). La loi de l’effet nous apprend que face à l’extinction, le comportement de chercher une réponse va diminuer.
  • En plus de cela, le groupe des étudiants trouvant rapidement les réponses devient le groupe à intégrer. Il est appétitif d’être dans le groupe des compétents. Or, ce comportement aussi est mis sous extinction.
  • Enfin, nous sommes dans une situation de punition positive. Se retrouver dans le groupe des incompétents est une situation aversive, car appartenir à ce groupe n’est socialement pas valorisé. Voire punitif puisque être incompétent est parfois sujet à moquerie.
  • Finalement, nous avons deux à trois effets qui diminuent les comportements, l’extinction sur la tâche, l’impossibilité d’être parmi les compétents, mais en plus un effet punitif à continuer la tâche. Et si en plus, nous considérons les effets émotionnels qu’induit la punition (et qui sont finalement ceux mis en valeur), il n’est pas surprenant de voir que même ceux qui essayent de trouver la troisième solution n’y arrivent pas…

 

Le petit plus dont on ne parle pas dans la vidéo :

Les étudiants qui sont en situation de réussite sont mis en réussite grâce à une procédure de HPi LPi. C’est-à-dire, qu’avant de donner tout de suite une tâche difficile, on leur donne d’abord une tâche facile, puis une moyenne, pour ne donner qu’à la fin la plus dure. En psychologie sociale, nous appelons cela le pied dans la porte !

Cela signifie également que si vous souhaitez mettre vos élèves en situation de réussite durant vos interrogations, il est préférable de commencer par des questions faciles puis de monter graduellement, vous aurez probablement de meilleures notes que si vous les aviez mises dans un ordre aléatoire.

 

L’article en question ci-dessous :
http://blog.francetvinfo.fr/l-instit-humeurs/2015/05/06/limpuissance-apprise-comment-enseigner-le-decouragement-en-5-minutes.html