Hier est apparu un article sur l’éducation positive. Celui-ci explique que, derrière une approche qui se veut positive pour l’enfant, il y a un retour moins positif pour les parents lorsque ceux-ci culpabilisent de ne pas être parfaits.

L’impact sur les parents ne sera pas abordé dans cet article, même si cela est intéressant, le sujet reste très discutable. Par contre, il y a une erreur faite quant à l’origine de la parentalité positive, qui se traduit plutôt comme une ignorance. Dommage, car cela répondrait plus facilement à quelques questions.

Analyse des éléments abordés

1) Tout d’abord, le terme « éducation positive » :

En France, avec le temps, nous avons donné différents noms pour parler approximativement de la même chose : parentalité positive, éducation positive, discipline positive. Mais l’origine des noms n’est pas forcément commune, car chacun « inventé » par différents professionnel(le)s, ayant chacun mis leur sauce dans ce mélange d’approches. Ce qui participe au flou du concept.

2) Un concept flou :

Comme dit précédemment, il n’y a pas un professionnel ou une discipline à la base de l’éducation positive, mais plusieurs. Par conséquent, il peut y avoir des notions quelque peu différentes selon les approches. C’est pourquoi, même le terme éducation positive peut être flou car on ne sait pas exactement à quoi rattacher le terme « positif ».

3) Influences idéologiques :

L’article donne 3 origines principales à l’approche de l’éducation positive :

  • La communication non-violente
  • Les neurosciences
  • La pédagogie nouvelle

Non, pour le moment, on ne parle pas de psychologie comportementale.

4) Une discipline de spécialistes :

L’article reproche le manque de sources lorsque les professionnel(le)s abordent un sujet. En bref, la possibilité de s’assurer de la validité de l’approche ou tout simplement de ce qui est avancé.

5) Enfin, je n’aborderai pas ces éléments : Dogmatisme, Transformation sociale et Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain , car ce n’est pas le sujet du blog.

Apports comportementaux à cet article

1) Si l’on s’en réfère à l’approche comportementale, « positive parenting », le mot positif est à rapprocher du renforcement positif, donc au changement de comportement par l’apport de conséquences appétitives.

2) Le concept n’est plus flou à partir du moment où l’on se réfère uniquement à une approche. Ici, avec l’approche comportementale, la notion de « positif » est en lien avec le renforcement positif. Les bases de l’approche sont claires et scientifiquement validées.

3) L’influence de la psychologie comportementale me semble être la première à considérer quand on estime que l’éducation est, en résumé, un façonnage des comportements.

4) La France manque malheureusement de spécialistes en psychologie comportementale. Ceux-ci pourraient donner leurs sources au sujet de telle ou telle pratique. Les parents et les journalistes pourraient enfin se reposer sur des éléments validés scientifiquement.

Au final

La France manque de connaissance dans le domaine de la psychologie comportementale, au point que, sur un sujet aussi important que l’éducation, le domaine ne soit pas du tout annoncé. Pourtant, elle aurait l’avantage de répondre aux questions soulevées par l’auteure et surtout donneraient aux parents des éléments concrets et valides pour accompagner leurs enfants. Le blog que vous êtes actuellement en train de lire y participe, mais un réel mouvement permettrait d’aider concrètement les familles sur la question de l’éducation de leurs enfants.

Aucun livre en Français, sur l’approche comportementale dans l’éducation des enfants, n’existe pour le moment, mais un très bon livre en anglais est à trouver ici : http://www.amazon.fr/The-Power-Positive-Parenting-Wonderful/dp/1567131751

L’article en question ci-dessous :

http://www.slate.fr/story/104319/education-positive